Dieppe, le 4 juillet 2068

Ma chère Mimi,

Je t’écris car il pleut depuis deux jours et que j’en ai marre de Nanou. Je me suis retirée dans ma chambre et ça me fait plaisir de penser à toi et t’écrire. C’est bizarre, j’ai toujours adoré Nanou, mais depuis que je suis arrivée la semaine dernière elle me tape sur le système. J’ai rencontré des jeunes lors de la coupe des haies communales qui vont camper après la fête, je pense que je vais aller avec eux avant de te rejoindre dans le sud.

En fait Nanou ne supporte pas que cette année le 14 juillet soit la Fête des Langues. Elle veut que ce soit, comme tous les ans depuis 30 ans, la Fête du Revenu Universel. Et je ne comprends pas qu’elle ne comprenne pas. C’est bon on l’a le revenu, on ne va pas continuer à célébrer le passé indéfiniment. Surtout que ça promet d’être vraiment intéressant, il y a une chercheuse qui fait un atelier sur les mots intraduisibles ; il y a des langues qui possèdent des mots que tu ne peux pas traduire en français, ou inversement. Et puis l’année prochaine ça va être vraiment grandiose avec la fin de la Quarantaine de la Mer. L’école de cinéma du Havre est déjà en train de créer un film immersif dans lequel tu évolues en 3D sur les fonds marins de la Manche telle qu’elle était en 2028 puis telle qu’elle est maintenant. Je suis vraiment curieuse de voir ça.

Mais non, Nanou ânonne toujours ses vieux combats : « le Revenu Universel on s’est battu pour » ; « il faut faire attention à l’avidité humaine, si on oublie, ça peut revenir » ; « il y a des gens qui avaient plusieurs propriétés immobilières et d’autres qui payaient un loyer à vie » et gnagnagna. C’est comme si Nanou, en fait, elle n’avait pas intégré que le revenu existe. Elle a tellement milité pour le RU en France et dans le monde que c’est comme si maintenant elle n’arrivait pas à vivre sans ce combat.

En fait je me demandais, c’est ce qu’il fait ton père, non ? J’ai jamais tellement prêté attention mais c’est sa compétence particulière : psycho-réparateur de groupe, un truc dans le genre ? En tout cas Nanou elle en aurait bien besoin, quand je la vois à l’espace communautaire dans son coin Repair Café toute seule, je trouve ça triste qu’elle n’arrive pas à s’adapter à un monde où il n’y a plus d’objets à réparer. Ça a dû bien les traumatiser, leur époque de la surconsommation. Nanou répète en boucle que « les gens achetaient un nouveau produit pour le design et ils jetaient l’ancien même s’il fonctionnait encore », et « pas dans la bonne poubelle en plus » elle rajoute à chaque fois. Du coup elle démonte des vieux appareils électriques, inlassablement, composant après composant ; il y a d’autres chiffonniers parfois avec elle et moi aussi mais jusqu’à ce qu’elle commence à radoter. Des fois y’a quand même des gens qui viennent pour qu’elle répare un truc, je pense qu’ils le font pour lui faire plaisir, tout le monde la connaît ici, elle est à l’origine de la création de l’espace communautaire il y a 45 ans !!! Enfin ça m’arrange bien qu’elle et l’équipe des chiffonniers trient les différents composants de déchets électroniques, ce sera bien pratique pour l’action que je veux proposer en majeure de chimie l’année prochaine au lycée. J’ai échangé avec Pia hier, une des élèves à l’origine du projet il y a quatre ans, c’est passionnant. Je croise les doigts pour que ça marche.

Bon un dernier détail sur Nanou et après j’arrête de parler d’elle. Mais tu sais quoi, elle n’est même pas opposée à la réouverture de la pêche !! J’en suis tombée de ma chaise. Nanou !! Qui s’est battue pour l’instauration de la Quarantaine de la Mer, qui s’est très bien passée de poisson pendant 40 ans, maintenant elle dit qu’avec une pêche très surveillée et minimale on pourrait peut-être manger du poisson une ou deux fois par an. Franchement mes parents n’ont jamais mangé de poisson, ou peut-être mais ils étaient vraiment petits, et moi non plus je ne vois pas pourquoi on réinstaurerait la pêche alors qu’on vit très bien sans et surtout que la faune et la flore marines s’en portent tellement mieux. Bon allez j’arrête. Ça me fait quand même bizarre d’être en désaccord avec elle, j’ai toujours pensé qu’elle avait raison mais là je la trouve vieille. Et chiante.

Sinon, j’ai pris contact avec une super nana sur « la penderie partagée » qui fait quasi ma taille et est vraiment chouette. J’ai été chez elle hier et on a papoté deux heures. Elle est passionnée de couture. Je lui ai emprunté une robe orange trop belle qui ressort super bien sur ma peau marron. Je t’enverrai un hologramme quand je la mettrai jeudi pour la fête. Je suis bien heureuse de cette rencontre.

J’entends que le vieux Lou est arrivé, je ne vais pas tarder à les rejoindre. On a cueilli des kilos de tomates ces derniers jours et il faut qu’on fasse des conserves. Le vieux Lou a toujours plein de recettes. Je l’aime bien et puis il se moque toujours de Nanou et ça fait du bien.

Bon, et toi ? Comment se passe ton apprentissage de rémouleuse ambulante ? J’ai hâte que tu me racontes.

Je pense bien à toi sur les marchés provençaux et je me réjouis de te retrouver dans trois semaines.

Je t’embrasse fort.

Purple

Dieppe, 4 juillet 2068

Mon cher Tino,

J’espère que tu vas bien. Moi j’ai retrouvé de l’énergie depuis que ma petite est ici, après ces derniers mois durant lesquels j’étais bien fatiguée. Mais la jeunesse, ah la jeunesse… et l’énergie. Elle me fascine cette petite.

Tu sais ce qu’elle veut faire ? Et bien, par un de leurs réseaux de trucs, je ne sais plus lequel, bref, elle est en communication avec un lycée de Pologne qui travaille sur la séparation des alliages de métaux qu’on avait dans nos ordinateurs et téléphones à l’époque et qui s’accumulent dans les espaces Matières premières et qu’on ne sait toujours pas purifier. Un labo de Lublin, en association avec des lycéens, a trouvé un moyen de les séparer. Au lycée ils font des projets concrets proposés par les élèves. Elle a pris contact avec les élèves de ce lycée. Elle n’hésite pas, elle envoie des mails à ses profs en juillet comme ça pour parler de son idée, et ils répondent, comme s’ils étaient des égaux ! Elle adore apprendre et de manière générale j’ai l’impression que les gamins ils aiment beaucoup plus l’école que nous à l’époque ; même si ça ne ressemble plus vraiment à une école tellement ils sont dehors.

Par contre je n’ai pas sa vitalité moi. Tu sais ce qu’elle m’a trouvé ? Elle veut m’envoyer en dirigeable au Sénégal. Cet hiver ce sera les 50 ans de « Tolou Keur », les forêts nourricières et médicales, qui ont permis la souveraineté alimentaire et un changement local du climat près de Dakar, et dont le modèle a été mondialement copié. Aly, le formateur qui était venu travailler avec la communauté de communes de Fécamp pour créer notre propre forêt nourricière en 2043, a proposé à un groupe d’habitants de venir voir comment se porte la première forêt « Tolou Keur ». Ça me ferait plaisir de revoir Aly, il doit plus être tout jeune, on est de la même année. Elle m’a trouvé une famille d’accueil chez le gars qui a lancé les Repair Cafés de Dakar. J’ai presque envie de me laisser tenter. Et ça me donnera l’occasion de pratiquer l’espéranto. Par contre ça me fait bizarre, j’ai quand même besoin d’y réfléchir, j’avais fait une croix sur les voyages. Je ne pensais pas que je ressortirais de France, ça doit bien faire depuis 2030 que je n’en suis pas partie, à part une embardée cyclée ou deux dans les pays frontaliers. J’avais juré que je ne prendrais plus de transport motorisé. Mais là c’est vrai que le bilan est neutre alors je me dis pourquoi pas. Deux à trois jours de voyage céleste, je me prends à rêver.

Il faudra que je te confie Mistigri. Et puis je me dis que j’aurai peut-être l’occasion de manger du chocolat !

En espérant que ma lettre te trouvera en bonne santé et avoir de tes nouvelles bientôt.

Je t’embrasse,

Nanou

helenecoqueriaux@yahoo.fr

X